10/12/2014

Le sombre avenir économique de la Russie

rouble, économie, Russie, perspective, pétrole, coursMardi 9 décembre dans la matinée, la Banque mondiale a abaissé ses prévisions concernant la croissance de la Russie : alors que le prix du baril connait une chute historique, l’un des plus gros producteurs de brut de la planète risque de voir son PIB diminuer de 0,7 %. Si la cause est ici purement conjoncturelle, et tandis que les autorités de Moscou pâtissent des sanctions occidentales infligées dans le cadre de la guerre ukrainienne, ces événements traduisent un système économique à bout de souffle.

2014 devrait se retirer avec un cours du baril en deçà des 65 dollars. La dernière fois que le prix du pétrole avait plongé sous cette barre, il avait même dégringolé jusqu’aux alentours de 40 dollars par unité ; c’était en 2009, en pleine crise économique mondiale. Aujourd’hui, la soudaine baisse du cours pétrolier a peu ou prou les mêmes explications : croissance morose, faible demande, surabondance de brut sur le marché. Une logique macroéconomique trop bien rodée qui fait, certes, le bonheur modéré des ménages – le prix à la pompe diminue –, mais qui n’est pas indolore pour les compagnies pétrolières ou les Etats en pointe dans les hydrocarbures. Parmi eux, la Russie : la Banque mondiale (BM) a abaissé mardi dernier sa prévision de croissance pour l’Etat fédéral.

La plongée du cours pétrolier entraine une contraction de l’activité russe en 2015

La chute des cours du pétrole devrait ainsi entrainer un recul de 0,7 % du produit intérieur brut (PIB) russe en 2015 ; recul encore plus prononcé, d’après la Banque mondiale, si le brut reste à son niveau actuel. L’institution prévoit également un « scénario pessimiste » dans lequel le PIB perdrait jusqu’à 1,5 % de richesses, si le cours de l’or noir venait à diminuer drastiquement. Et aujourd’hui, rares sont ceux qui misent sur une éventuelle remontée du prix du baril ; la croissance économique est une denrée trop peu abondante et l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) vient d’entériner le maintien de sa production pétrolière.

Des facteurs qui ont amené les autorités de Moscou à s’aligner sur les prévisions de la Banque mondiale. Le gouvernement russe prévoit ainsi une récession l’an prochain et une contraction de 0,8 % de l’activité, alors que le pétrole représente un tiers des exportations du pays. Le Fonds monétaire international (FMI) y a également joint ses prévisions funestes : lors des deux premiers mandats de Vladimir Poutine, la Russie jouissait d’une croissance à hauteur de 7 % du PIB ; depuis 2011, l’institution ne cesse de revoir à la baisse la progression annuelle, jusqu’à 1,3 % pour 2014.

Des budgets étudiés avec un prix du baril à 100 dollars

En plus de la chute du cours pétrolier, les calculs des instances internationales prennent en considération les sanctions prises par les pays occidentaux à l’encontre de la Russie, dans le cadre de la crise ukrainienne. L’agence de notation Standard&Poor’s a récemment publié une étude selon laquelle la croissance russe se dépréciera au second semestre de cette année ainsi qu’en 2015. En cause ? Les indicateurs économiques en berne du pays. L’agence a ainsi mis en lumière deux facteurs principaux : les sanctions occidentales ont rendu plus difficile l’accès aux marchés des capitaux, plombant de facto les investissements ; les contre-sanctions imposées par Moscou – restrictions des importations agricoles – ont surtout eu pour effet d’augmenter l’inflation tout en affaiblissant le pouvoir d’achat des nationaux.

Manque d’investissement, fuite des capitaux, recul de la consommation et donc moindre demande en pétrole à l’international. La santé économique de la Russie est plus que précaire en cette fin d’année ; le rouble n’a jamais été aussi bas par rapport au dollar ou à l’euro. C’est en considération de ces facteurs alarmants que Vladimir Poutine devra assurément recomposer son budget pour les années à venir – à commencer par celui de 2015 –, tandis qu’il tablait sur un baril de pétrole à 100 dollars pour ses politiques budgétaires jusqu’à 2017. Le ministre russe des Finances souhaite dès lors remettre en cause le programme de modernisation des armées – le budget de la défense devait grossir de 33 % l’an prochain. Le propriétaire du Kremlin a tranché : ses armées ne connaitront pas de coupes budgétaires en 2015.

Message on ne peut plus clair que celui adressé par Vladimir Poutine. Dans un pays dont le système économique est à bout de souffle, car majoritairement basé sur l’exportation de pétrole et l’importation de matières premières agricoles et alimentaires – des denrées affectées par les crises pétrolière et ukrainienne –, le tsar de Moscou privilégie (pour le moment) le rayonnement à l’international plutôt que la bien-portance à l’intérieur de ses frontières.

14:25 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2014

Quelles perspectives pour les marchés financiers en 2015 ?

Bourse, marchés financier, UE, Etats-Unis, FED, BCEA l’image de l’économie, la Bourse a connu une année 2014 difficile, bien que les chiffres restent meilleurs que la croissance. Ainsi, depuis le 1er janvier dernier la Bourse de Paris a pris 1,70 %, et le Dax 4,20 %, alors que le Royaume-Uni perd 1,50 % et la Russie sombre dans la crise avec un terrifiant -33,30 %. Les économies européennes ne sont pas à la fête. Qu’en sera-t-il en 2015 ?

Des marchés en attente

Les marchés qui avaient tous bien résisté cet été, particulièrement la bourse américaine alors que le contexte était assez défavorable, ont fini par céder au mois d’octobre avec des replis des principaux indices. Un repli difficile à prédire qui s’est finalement conclu sur un bon rebond. A priori, le mois de décembre qui s’ouvre aujourd’hui devrait être calme. Les marchés préparent 2015 et laissent 2014 dans le rétroviseur.

La publication de chiffres aussi surprenants que positifs du baromètre ZEW à la mi-novembre a d’ailleurs été immédiatement saluée par les marchés. Ce baromètre bien connu des financiers (et toujours très attendu) qui mesure le moral des investisseurs allemands s’est élevé à 11,5 points en novembre contre un repli de 3,6 points en octobre. Le niveau est toujours faible donc, mais la progression indique que les investisseurs sont confiants pour l’avenir à moyen terme. Un grand « coup de mieux » impliquerait une forte croissance, mais les deux premières économies de l’Union européenne ne décolleront pas en 2015 avec environ 0,5 % de hausse du PIB (si tout va bien).

De belles perspectives de l’autre côté de l’Atlantique

Pour prédire l’avenir, tous les chiffres et statistiques (parfois improbables) sont bons à prendre. En fait, les cent dernières années regorgent d’exemples, de coïncidences et de vraies tendances pour modéliser un tant soit peu l’évolution à venir. Les Etats-Unis sont les plus friands de ce type d’exercice et il en ressort que 2015 pourrait être une très bonne année pour les marchés américains.

Suivant des cycles qui ont été savamment étudiés, il apparaît que la période allant du 1er octobre 2014 à fin avril 2015 sera favorable à l’économie américaine. Cette période de mi-mandat présidentiel est historiquement très bénéfique à la bonne tenue de la Bourse américaine avec une progression moyenne de 15 % sur les trois derniers cycles.

Autre point intéressant que les économistes n’ont pas manqué de trouver : la corrélation entre la majorité au pouvoir et l’évolution de la Bourse. Il a été constaté que sous une présidence démocrate, le marché américain se porte mieux que sous les présidences républicaines. Mais ce n’est pas tout, la victoire des républicains au Congrès qui ont remporté les deux chambres représente historiquement le cas de figure le plus favorable pour le marché avec une hausse moyenne de près de 20 %.

Concernant la Banque fédérale américaine, la Fed, il ne devrait n’y avoir que très peu d’impact dans l’immédiat en terme d’augmentation des taux. La Fed n’interviendra sur les taux directeurs au plus tôt qu’au cours du second semestre 2015.

Ces différents facteurs laissent donc présager une reprise pour les marchés financiers américains. Cela devrait, sans aucun doute, privilégier une Europe portée par un dollar plus fort facilitant ainsi les exportations européennes. Rappelons que ces prévisions ne tiennent pas compte d’une action plus que possible de la part de la Banque centrale européenne. Conclusion ? En 2015, les marchés financiers devraient plutôt bien se porter. Mais comme toujours, gare à la chute ! Les fondamentaux de l’économie ne sont pas bons et une perte de confiance est vite arrivée.